225Sport 
Publicité

actualite

ATHLETISME : AGE de la FIA , Jeannot Kouadio réélu

Publié le 15/06/2016

e samedi 04 septembre 2021 se tenait l'assemblée générale élective de la fédération ivoirienne d'athlétisme (FIA). Cela, sous la supervision du ministère de la promotion des sports et du développement de l'économie sportive représenté par Sebime Adou Mel et du Comité national olympique (CNO-CIV) avec Allah Kouamé pour émissaire. Un important virage qu'a bien négocié Jeannot Kouadio Kouamé, le président sortant et candidat unique à l'élection. L'immense technicien a récolté 31 voix et 3 bulletins blancs soit 91,17% des suffrages exprimés. À l'issue de cette élection, l’ex cadre du centre de développement de l'athlétisme de Dakar a dévoilé ses challenges pour sa deuxième et dernière mandature.


Quelles sont vos impressions au soir ces AGO et AGE ?


Les impressions sont bonnes. Il faut dire que ça été une assemblée générale ordinaire et une assemblée générale élective enrichissantes. Les membres ont beaucoup répondu présent (47). Il y’a eu 38 qui étaient présents et donc ça été une belle assemblée générale. Il y’a eu des propositions pour pouvoir conduire à bon port le bateau de l'athlétisme ivoirien dans les années à venir. Et nous sommes heureux parce que la confédération africaine, la fédération ivoirienne et l’Injs signeront sous peu une convention. À l’issue de cela, nous allons mettre une autre personne pour continuer les choses. Lorsqu’il y’a un nouveau centre cela donne plus de motivation.


Quelles seront les priorités pour cette deuxième mandature ?


Les priorités, c’est la signature de la convention qui réunit trois structures à savoir l’Injs, la CAA et la fédération. Je pense que dans deux mois maxi nous allons signer cette convention. Et donc nous aurons un centre de développement d’athlétisme africain ici à Abidjan. C’est sur cela que nous allons travailler et démarrer la saison avec des formations. Comme je l’avais dit tout dernièrement au séminaire de la confejes. Nous allons faire des formations à l’endroit des journalistes et autres parce qu’il y’a l’interprétation des résultats techniques qui posent des problèmes et certaines notions également.


La formation sera sûrement un pan important ?


Effectivement ! La formation sera toujours le premier objectif parce que nous avons beaucoup à faire vu le retard que nous avons accusé par rapport à la formation des athlètes. Tout un chacun ici, ceux qui ne sont pas au quotidien des choses, pensent qu’après Ta Lou et autres, ça sera terminé. Donc demain, nous allons présenter ceux que nous avons, en plus de cela voir comment nous allons préparer déjà Paris 2024 en passant par le championnat du monde de 2022 qui aura lieu à Oregon et les jeux de la francophonie qui auront lieu en RDC. Donc ça sera notre challenge, nous allons essayer une équipe de relais pour voir ceux qu’ils valent et à partir de là les insérer dans les circuits pour leur permettre de se qualifier l’année prochaine pour Paris 2024.


Vous partirez après cette deuxième mandature. Que laisserez-vous à l'athlétisme ivoirien ?


Au niveau humain, j’ai présenté depuis que nous sommes arrivés ceux que nous sommes en train de former. Ce qui fait que dans les déplacements malheureusement nous n’avons pas encore eu beaucoup des journalistes qui se sont déplacés. Sinon dans les voyages sur le plan international, vous avez vu ce ne sont pas les mêmes personnes et nous faisons tourner de telle sorte que beaucoup puissent avoir l’expérience de la haute compétition et quand c’est comme cela, ils ne sont pas dépaysés dans la maison. Vous avez vu un peu l’équipe qui est avec nous, le président Serikpa qui était l’un des adversaires est avec nous, de même que Doh Serge. Nous travaillons tous en synergie de telle sorte que demain si je ne suis plus là, un autre puisse prendre ma place. J’ai une équipe aussi qui est là, qui est capable de placer une personne pour ma succession.


Et cela ne pourra se faire que dans la cohésion ?


La cohésion oui, en fait il n’y a même pas de feu dans la maison. Si vous avez vu un peu il y’avait quelques présidents de clubs. Même hier j’ai reçu l’appel d’un président de club qui m’a dit qu’on lui a fait signer un document dont il ignorait le contenu et en a profité pour s’excuser. Mais, nous avons notre article 9 qui dit que si vous avez vingt athlètes vous êtes club et ces vingt athlètes participent aux activités. Mais depuis 2017, il y’a des clubs qui ont disparu avec zéro licencié jusqu’à ce jour et réapparaissent lors des élections pour ensuite disparaître. D’autres sont là pour animer la fédération. Pour cela, nous avons un commissaire de justice qui a travaillé sur les textes. Ce qui fait maintenant si vous êtes là pendant quatre ans, vous participez aux élections, dans le cas contraire vous n’irez pas aux élections et tout est clair dessus.


Qu'en est-il des 21 clubs absents à ces AGO et AGE ?


Ils ont déposé une requête au CNO qui avait vu que les textes étaient clairs et pareils à ceux du ministère. Même World Athletic l’instance internationale, la première fois quand ils avaient déposé un papier c’était vers 2018 mais ils m’ont appelé automatiquement. Pas cette fois-ci. Ils m’ont dit que c’est toujours la même personne qui se plaint et que les textes sont clairs. Donc à ce niveau, il n’y a pas de soucis concernant la cohésion, nous avons démarré des projets et personne n’a été mise à l’écart. La preuve en est même ceux qui n’ont pas de cheveux blancs sont à la fédération. Nous ne parlons pas comme les anciens parce qu’avant ils disaient que si tu n’as pas de cheveux blancs tu ne pouvais entrer à la fédération. Pourtant aujourd’hui la fédération est ouverte à tous. Donc aujourd’hui nous avons démarré des projets et ceux qui veulent y prendre part peuvent adhérer. Nous ne pouvons pas forcer quelqu’un à venir car nous faisons du bénévolat. Vous voyez ce que je dis. Je ne suis pas là pour m’éterniser. Je suis sur le terrain et demain j’y retournerai. Si je coupe avec le terrain demain cela sera compliqué pour moi d’y retourner parce que l’entraînement ce n’est pas facile.


Pouvons-nous avoir quelques informations sur le patrimoine de l'athlétisme à Ébimpé ?


Les choses avancent bien actuellement. Vous savez bien qu'obtenir des documents administratifs des terrains en Côte d’Ivoire, est un parcours de combattant. Nous sommes sur le point de terminer et nous sommes à la porte de l'ACD. Au niveau juridique, nous sommes en train de régler tous les détails pour ne pas que demain nous soyons surpris.

Espace publicitaire